Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:41

 

La poésie fut, du temps de mon adolescence, le meilleur moyen que j'avais trouvé pour emmerder le monde. Elle est devenue, au fil du temps, mon rude métier d'homme. Un combat âpre, à mains nues, contre cette même oppression.

 

 

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent Chemin faisant
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 08:19

As-tu déjà lâché ton clavier, titubant aux petites heures du matin, mais éclairé de l'intérieur comme un abat-jour Ikea ?

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 08:17

De belles tournures, des phrases bien faites : même Yann Moix y arrive. Je me dis alors qu'on est tous un peu devenus écrivains. Que ça y est : que ça s'exprime. De partout. Que ça fuse. Anonyme. Mais l'idée neuve ? Mais le rythme inouï ? C'est ça qui, la plupart du temps, continue à faire défaut. L'ouverture d'un champ, d'un contexte nouveaux.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent Chemin faisant
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 11:43

 

De belles tournures, des phrases bien faites : même Yann Moix y arrive. Je me dis alors qu'on est tous un peu devenus écrivains. Que ça y est : que ça s'exprime. De partout. Que ça fuse. Anonyme. Mais l'idée neuve ? Mais le rythme inouï ? C'est ça qui, la plupart du temps, continue à faire défaut. L'ouverture d'un champ, d'un contexte nouveaux.

 

 

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 10:48

 

La poésie est un soleil que je n'ai jamais regardé que de biais. Cela n'empêche pas ses rayons de me réchauffer. Et quelques ombres de m'apparaître dans le contre-jour.

 

 

 

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 11:00

Au fond je ne suis qu'un vieil anarcho-surréaliste qui s'est perdu dans des "explications".

 

 

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent Chemin faisant
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 17:08

Le rêve a pour mission de décomposer l'aléa; de revenir à ce moment précis où la main du destin n'a pas encore lancé le dès. Il nous entraîne vers une pensée de l'inattendu où toutes les évidences courent à l'envers. Il arrive que certains rêves lèvent un voile sur la réalité. Tout d'abord ils conduisent le réel en mode débrayage, le montre comme représentation pure. Or on peut toujours travailler une représentation, la transformer, revenir, corriger, répéter. C'est à quoi sert le rêve. Il essaye toute les clefs et lorsqu'une porte s'ouvre, on appelle ça "interprétation". Le rêve est entré en résonance avec la vraie vie, en correspondance. Il peut alors se montrer soit bénéfique soit destructeur.

 

 

  

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent Chemin faisant
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 15:49

 

Où est Dylan ? Encore une fois, c'est l'incertitude : le prix Nobel de littérature 2016 n'a pas manifesté la moindre émotion depuis l'annonce de son élection. Il faut dire qu'un prix n'est jamais qu'un prix ; qu'il appartient à la douce contingence des hommes. 

Mais sûr, Dylan Nobel ça en fait râler plus d'un. "Pas de la littérature", s'étrangle le choeur réactionnaire de la petite papauté culturelle parisienne. 

Pourtant du mot "littérature" personne ne connaît l'origine. Voilà bien un objet que seuls les idiots s'ingénient à enfermer dans une définition. 

Bob Dylan est sur la liste des "nobélisables" depuis 1996. Son oeuvre de troubadour, immense, funambulesque, est prodigieusement vaste. Il fut adoubé en son temps par Allen Ginsberg en personne comme le digne descendant de la tribu Beat.

Mais certains prétendront sans doute que Ginsberg n'appartient pas non plus à la littérature. Moi je me dis simplement que tant qu'elle peut encore nous surprendre, la littérature, c'est qu'elle est bien vivante. 

Thanks for all, Bob.   

 

Repost 0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 07:36

Elle cesse

la pluie

mystère épaissi

dans la lenteur

de ses derniers

goutte à goutte

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 09:02

On est toujours piégé par les mots que l'on prononce, par la figure qu'ils précisent, la fausse cohérence qu'ils finissent par induire. C'est pourquoi la poésie. Tintamarre à mots couverts, désamorcés, réamorcés vers d'autres réalités, sortis de l'enfer de l'ego. A ce titre - et Foucault l'avait vu - l'injonction de dire que représente la psychanalyse apparaît comme un pur rituel de soumission à l'autorité et aux conformités que celle-ci impose. Quoi ? L'aveu inquisitorial deviendrait thérapie ? La poésie seule délivre de toute cette pathologie verbale. Pas de liberté sans un logos sauvage.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article