Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 17:08

Le rêve a pour mission de décomposer l'aléa; de revenir à ce moment précis où la main du destin n'a pas encore lancé le dès. Il nous entraîne vers une pensée de l'inattendu où toutes les évidences courent à l'envers. Il arrive que certains rêves lèvent un voile sur la réalité. Tout d'abord ils conduisent le réel en mode débrayage, le montre comme représentation pure. Or on peut toujours travailler une représentation, la transformer, revenir, corriger, répéter. C'est à quoi sert le rêve. Il essaye toute les clefs et lorsqu'une porte s'ouvre, on appelle ça "interprétation". Le rêve est entré en résonance avec la vraie vie, en correspondance. Il peut alors se montrer soit bénéfique soit destructeur.

 

 

  

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 15:49

 

Où est Dylan ? Encore une fois, c'est l'incertitude : le prix Nobel de littérature 2016 n'a pas manifesté la moindre émotion depuis l'annonce de son élection. Il faut dire qu'un prix n'est jamais qu'un prix ; qu'il appartient à la douce contingence des hommes. 

Mais sûr, Dylan Nobel ça en fait râler plus d'un. "Pas de la littérature", s'étrangle le choeur réactionnaire de la petite papauté culturelle parisienne. 

Pourtant du mot "littérature" personne ne connaît l'origine. Voilà bien un objet que seuls les idiots s'ingénient à enfermer dans une définition. 

Bob Dylan est sur la liste des "nobélisables" depuis 1996. Son oeuvre de troubadour, immense, funambulesque, est prodigieusement vaste. Il fut adoubé en son temps par Allen Ginsberg en personne comme le digne descendant de la tribu Beat.

Mais certains prétendront sans doute que Ginsberg n'appartient pas non plus à la littérature. Moi je me dis simplement que tant qu'elle peut encore nous surprendre, la littérature, c'est qu'elle est bien vivante. 

Thanks for all, Bob.   

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 07:36

Elle cesse

la pluie

mystère épaissi

dans la lenteur

de ses derniers

goutte à goutte

Partager cet article
Repost0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 09:02

On est toujours piégé par les mots que l'on prononce, par la figure qu'ils précisent, la fausse cohérence qu'ils finissent par induire. C'est pourquoi la poésie. Tintamarre à mots couverts, désamorcés, réamorcés vers d'autres réalités, sortis de l'enfer de l'ego. A ce titre - et Foucault l'avait vu - l'injonction de dire que représente la psychanalyse apparaît comme un pur rituel de soumission à l'autorité et aux conformités que celle-ci impose. Quoi ? L'aveu inquisitorial deviendrait thérapie ? La poésie seule délivre de toute cette pathologie verbale. Pas de liberté sans un logos sauvage.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 08:10

Il se fit poète pour ne correspondre à rien ni à personne. Puis fit des livres qui ne correspondaient à rien ni à personne. Ne trouvant pas de lecteur, nulle offense. S'il en avait trouvé, pourquoi donc aurait-il écrit ?

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 08:45

Le concept substantialise là où la chose n'est pas. Il nous indique un Cela sans présence. Nous percevons un objet dont nous avons perdu la sensation immédiate, c'est-à-dire la possibilité de rencontre. L'empire du concept sur la pensée occidentale nous a séparé du monde. La prononciation du mot n'est plus invocation mais évocation. Non pas institution de la présence à la chose mais son éloignement indéfectible. La relation est interrompue. Perdue. Nous énonçons le monde sans jamais le vivre. Prenant pour un triomphe un manque qui nous mine.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 15:54

Si la quête de la "vérité" a rendu tant de gens fous, c'est sans doute qu'elle ne se présente pas comme on dit, comme on croit.

La vérité n'est jamais qu'un arrangement temporaire.


Le fait que l'on doive reprendre les catégories précédentes pour se faire comprendre contraint la pensée, la nouveauté de la pensée. Mais sinon nous passerions pour erratiques, pour hérétiques, pour insensés. Notre "admissibilité" est à ce prix.


Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 14:19

La "littératie" se définit comme l'ensemble des aptitudes cognitives et sociales à comprendre et utiliser des informations données de façon à transformer et améliorer les choses. Un faible niveau de "littératie" serait un marqueur de notre époque. Et "l'empowerment" dans tout ça ?? Et la "capacitation" ? Bref, moins l'on a de prises sur les choses et plus on invente de mots pour mesurer la perte.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 09:06

Longtemps je ne lus au fond que dans le seul but d'écrire. A présent j'écris pour continuer à lire. Ma vie y a gagné en puissance, et en sérénité.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 14:44

Comme les choses sont bien faites qu'une vie d'homme ne suffise à entrevoir, mais à la toute fin, ce qu'il nous aurait fallu savoir dès le départ pour exercer mieux le métier de vivre; rendant ainsi la connaissance, d'homme en homme, de génération en génération, toujours plus illusoire - et dans cet éclat tardif et vain, découvrir une sagesse immémoriale.

Partager cet article
Repost0