Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 12:10
Mon heure est venue Puis elle est repartie Qui de nous deux n'a donc pas su voir l'autre Depuis je vis sans heure Rincé de cette illusion Un peu à l'écart Rigolant sous cape

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article

commentaires

gmc 26/01/2008 11:42

DES FEINTES HEURES

Un calendrier brûle
L'environnement biodégradable
Relâchant des vents
De copeaux suisses
Dans le brouillard des feux d'artifice
Les éphémérides s'ajournent
Au seuil blond des marées
D'obsidienne et de plomb
Quand le regard s'étonne
De découvrir le mouvement

salamone giuseppe 25/01/2008 18:04

Le temps qui passe

Le temps qui passe amoindrit notre espace,
Ensorcelle notre âme et se joue de notre humeur.

Alors on ouvre une page froissée de notre livre,
Et on voit vite défiler notre vie, et je suis surpris.

Alors j’ouvre une porte, une minuscule porte,
Et je vois s’engouffrer rapidement l’amnésie.

J’ouvre mes mains et les tourne vers le ciel,
Là, je vois des empreintes calleuses, un espace vide.

J’ouvre tout grand mes yeux, rien que mes yeux,
Et de là je vois que le monde est cruel, est-ce réel ?

Le temps qui passe amoindrit notre espérance,
Ensorcelle nos âmes et se joue de notre audace.

Là, j’ouvre encore mes bras, rien que mes bras,
Et je vois que tout m’échappe, quel dur combat.

Ô j’ouvre péniblement la bouche, la langue brimée,
Et n’ose pas parler, souvent seulement hurler.

Parfois j’ouvre la fenêtre délabrée des souhaits,
Seule la lumière se force à éclairer le quotidien.

J’ouvre péniblement, une des pages du bouquin,
Hélas ! Le souvenir qu’il me restera, fuira au loin.

Le temps qui passe a fini par avaler mon quotidien,
Il a ensorcelé mon âme et s’est joué de mon destin.

Le 31 mars 2004