Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 23:58

DSC00220.JPGLa première fois que j’entendis son nom murmuré entre les lèvres d’un gars du pays, la veille, avant même d’en apercevoir les premières dunes, je compris qu’il passait dans ces trois syllabes le frisson sacré du respect le plus absolu, d'une ferveur très secrète : Sahara. Pas besoin de rajouter une seule parole à cela : Sahara. Il est le mot qui recouvre tous les mots. La porte du silence. Bonheur de le retrouver pour ces quelques jours de bivouac. Dans la clarté froide de la nuit écouter les étoiles. Quand tu viens au désert, tout se passe entre toi et la Création. Tu retrouves l’un et le zéro. Sahara.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Chemin faisant
commenter cet article

commentaires

idothée 17/01/2008 21:49

je passe mon temps à en rêver, du sahara- ce n'est pas assez - il va falloir y aller.
"la porte du silence" :)

G�rard 03/01/2008 17:13

De retour du Grand Sud ce matin. Une belle année pour vous tous et un grand merci d'être là. 140 le jour de Noël ! D'ici peu des extraits de mes nouveaux "Carnets des pierres et des sables" avec photos.
Pour ceux qui ont suivi l'épisode "stalker", je republie en note de l'article du 20 décembre intitulé "Esprits libres sur la route" le fameux texte qui me vaut l'ire d'un fâcheux. Une sorte de critique dont la seule spécificité consiste à prendre sa haine de l'autre pour une grille de lecture. Or nous sommes quelques uns à penser ici et ailleurs que la culture n'existe pas en dehors de l'accueil, de l'écoute et du partage. OK, la féérie consumériste a démonétisé ces mots-là. On les dit naïfs, rigards. C'est qu'on en a perdu jusqu'à la signification exacte. Une partie du boulot consiste à les remettre dans le circuit.

Tiago 02/01/2008 12:55

Hi,

Register your blog in www.dignow.org
Thanks

Barulaïre 02/01/2008 11:12

Beau texte, comme le Sahara...
Meilleurs voeux de sable et d'étoiles !

salamone giuseppe 01/01/2008 14:07

2008, un boulevard, que dis-je, une immense avenue.
Longueur 12 mois, temps pour le parcourir un an.
Obstacle imprevu, dominé par quatre saisons à l'allure tantôt rayonnate, tantôt froide et teintée de gris.

2007 s'est tu, 2007 n'est plus.

Bonne et heureuse année à vous... à la vie.