Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 14:44

"En tranchant le lien qui depuis des siècles l'attachait à la page, la littérature en mouvement soumet l'oeuvre au temps de sa consommation, elle se "produit" dans un espace-temps qui n'est plus celui  de la lecture mais celui du spectacle". (Jean Clément, in Un Laboratoire de littératures, littérature numérique et internet).

Il y a, dans cette citation parue dans le Libé de ce jour, quelques uns des fondamentaux propres à renouveler de fond en comble l'art du roman. Ce voyage vers une anonymisation de la parole (contre les complaisances d'un créateur omnipotent) ; ce "work in progress"; ce sens de l'éphémère ; cette pulsion nouvelle qui bat au coeur du cinétique et transforme un récit en spectacle...

L'ère Web20 - c'est-à-dire l'internet participatif - ouvre de nouveaux champs à la narration. Des "récits variables". Naissance du nouvel Ouvroir de Littérature Potentielle.

Le livre imprimé est le support de la Loi. De l'ordre. De l'univocité des dogmes et des croyances. Le texte évolutif, participatif et partageable nous entraîne vers un monde plus ouvert. 

Un site : http://www.3espaces.com
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article

commentaires

Gérard 21/05/2007 11:59

Merci Marc pour tes interventions. Hier l'art appartenait en effet aux rentiers, ou aux privilégiés qui avaient accès à la culture. En démocratisant cet accès à la culture, l'engagement artistique s'est lui aussi démocratisé. L'image de l'écrivain clodo parce que trop attaché à son art est à mon avis une image romantique qui est sympa, mais limitée. Faut-il vivre de sa plume ? C'est mieux, mais pas nécessaire. Avoir un boulot permet de reste indépendant. Rien de pire que les écrivains qui courrent le cachet. Il faut surtout, quelles que soient ses ambitions, rester au plus près de sa propre source créative. Le reste ne sont après tout que des questions d'intendance ! Amicalement

Marc Galan, non-écrivain officiel 21/05/2007 01:27

C'est très beau et j'adhère à la démarche, ainsi - et peut-être encore plus, à votre remarque sur le livre imprimer. Mais une simple question : Dans ce nouveau système de création littéraire, l'auteur a-t-il le droit de vivre de sa plume ? Sinon, le système où l'écrivain, sauf exception, doit être prof ou cantonnier pour vivre risque de se péréniser encore bien des lustres.
L'écrivain n'est pas un pur esprit. Il mange, boit, et doit même, aussi étonnant que cela paraisse, acheter de quoi écrire.
Ou alors, comme nous avons un président favorable aux rentiers, nous trouverons les auteurs du futur, comme ceux du passé, dans cette couche certes sympathique, mais un peu restreinte, de la population.

Gérard 18/05/2007 21:40

Redire ici mon excitation d'avoir découvert ce site mis en ligne le 15 mai. Vous trouverez le lien direct sous "Littératures collaboratives", dans les liens (Résonnances). L'histoire du "récit variable" vient de commencer pour de bon !!! Et l'aventure de "l'élargissement du champ de conscience" s'y poursuit...