Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 11:35

Vous êtes les ressortissants du vieil ordre failli

Vous aviez oublié cette joie sans mélange qu’apporte la fraternité des armes
Vous aviez oublié la furieuse attraction de la mort
Vous aviez négligé les immenses colères

Ce que vous nommez folie n’est que le monde nouveau
avant que vous n’en perceviez le sens

Vous êtes les ressortissants du vieil ordre failli

L’intégrisme du marché
les mollahs de la bourse
le djihad de la marchandise

La Terre est le lieu privilégié de l’absurde

Parce que l’Homme ne sait quoi faire de ce séjour, de cette attente
Toujours il lui faut un sens, une providence

Un destin face au vide

Nous n’avons jamais été modernes, allez,

Vous êtes les ressortissants du vieil ordre failli

« Rien d’humain ne m’est étranger » dit Térence
mais c’est pour en rire

La terreur rend absolue
La vertu dont elle se réclame
Il n’y a là rien d’humain

Si nous n’opposons pas plus de résistance
C’est que nous ne nous donnons même plus la peine
de croire en nos valeurs

Nous en savons trop le mensonge et la fausseté
en ces temps d’alarme nous ne pouvons rien en faire
Parce qu’elles ne valent rien

Crève vieil Occident
Crève charogne

Contre l’éducation à la lumière nous avions le marketing
nous avons désormais derechef la religion

Nous n’avons jamais été modernes, allez,

Vous êtes les ressortissants du vieil ordre failli

La modernité nous a exposé au vide et le vide se venge
par djihad interposé
ce djihad par nous créé

Crève vieil Occident
Crève charogne

Tu n’étais rien d’autre qu’un leurre tranquille et vain
baignant dans l’artifice, la morgue et l’arrogance
Il te faut à présent renaître
ou disparaître

Pas d’autre choix
Ne pas dire à quoi tu ressembles
Montrer ce que tu es

l’adversaire a retourné contre nous
notre propre machine à propagande
et voilà que soudain
elle nous terrifie


La bêtise de nos édiles a déjà fait la moitié du travail.
La Cité ?
Ce sera désormais un jeu d’enfant de pousser ses décors de théâtre
pour la voir s’effondrer

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article

commentaires