Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 10:38

Au fond l’homme à travers son histoire s’est confronté à un problème majeur : comment ne pas laisser les pulsions dominer la Cité. A cette question il a apporté deux types de réponses : la réponse religieuse (dont le fondamentalisme salafiste et takfiriste aujourd’hui en pleine expansion) sous le mode de l’interdit, la réponse rationnelle (Descartes, Spinoza, les Lumières) sous le mode des libertés. Avec la domination sans partage de la société consumériste globalisée, précisément fondée sur les pulsions, c’est un tout autre modèle qui s’est imposé partout sur la planète. Si le réveil d’un fondamentalisme religieux était inévitable, l’apparition d’une nouvelle Renaissance apparaît tout aussi impérieuse. Si elle tarde à venir, c’est que la sidération réitérée de ses échecs (Guerres mondiales technologiques, Shoah, Hiroshima, retour du religieux) n’a d’égale que la présomption et l’arrogance où se tenait un Occident qui avait fait avant tout de la rationalité un instrument de domination mondiale.

Aujourd’hui le clivage se situe moins entre le monde laïc et le monde religieux qu’entre le principe de l’interdit et le principe de liberté, d’où qu’ils émanent : d’une puissance spirituelle, politique ou économique.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso Chemin faisant
commenter cet article
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:26

Oh vous tous les maîtres des richesses,
les maîtres des croyances,
les maîtres des symboles
Si nous n'avons pas su vous enchaîner à nos misères
croyez bien que nous trouverons le moyen
oh oui nous trouverons le moyen
de vous enchaîner au désastre
de notre planète morte
Nous vous enchaînerons à la catastrophe
que vous aurez causée
nous trouverons le moyen allez,
oui nous trouverons bien le moyen
et notre joie n'en sera que plus sauvage
de vous voir périr à nos côtés.


Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso Chemin faisant
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 15:50

En revenir à cet état de nudité et de détachement qui est l'assise d'une existence juste.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 15:26

Que tentons-nous, quand nous parlons de "nomadisme" en poésie ? Un déplacement, une circulation, une dérive en lieu et place d'une "représentation pittoresque". Pas une quête d'exactitude ni de ressemblance : la recherche d'un rapport.Trouver un nouveau corps qui nous mettrait "au-dehors". Un corps en relation. Un corps-relation. A la fois intensément monadique et furieusement nomadique; reconfiguré à chaque pas. Qui se joint moins à la nature qu'à l'immanence de la nature. Il s'agit moins d'une pensée de la nature - cet oxymore romantique - qu'une poussée vers l'extérieur, après avoir été enfermés par les curés dans la spéculation métaphysique, enfermés par Descartes dans notre raison, enfermés par Spinoza dans le déterminisme, enfermés par Freud dans notre tripaillerie psychologique... Construire par l'art, la pensée, l'écriture, son propre sol, son propre plan d'immanence - ses propres conditions de surgissement inattendu (ipséité). La terre, donc, plus que le Ciel. Le dehors, donc, plus que le confinement. Des penseurs de grand air ! Des poètes de l'espace ! Dans l'étant donné rien n'est donné. Rien n'est là que le langage n'institue. Toute chose est tissée de la sensation et de la parole qui la fait naître. Elle ne préexiste pas en tant que telle : surgie de la rencontre. Née de l'entre-deux. Seule, invue, intacte, elle est, mais n'existe pas.Tout advient par consommation langagière des choses. La métaphore du poète, en liant les choses de façon chaque fois nouvelle et imprévue, crée un monde qu'on n'avait jamais vu avant lui.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 11:36

Les villes sont comme des serments trahis/ Des sappes des banques plus de livres/ Seuls les pas inattentifs sur la plaque de Malik/ Mouna a déserté la place/ On n'entend plus le gars sinistre qui vendait "L'Imbécile Heureux"/ Où est cet autre en manteau noir/ Qui dealait ses poèmes avec son air de conspirateur / Dans la nuit du boulevard ? / Les cafés tous les mêmes/ Ne sont faits pour personne/ Si tu entres ici c'est que tu n'es plus personne / Personne personne / C'était son nom à lui / Le revenant d'Ithaque / Mais Ithaque est bien loin/ Et personne n'est jamais revenu/ Les villes sont comme des serments trahis.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso Chemin faisant
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 14:23

Quant Manuel Valls déclare : « J'en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques », c’est Jean Valjean qu’il assassine. Connaître et juger ne sont pas de même nature. Comprendre les déterminismes ne vaut pas effacement de la faute, mais sert de base à l’humanisme, à cette idée de rédemption, à cette conviction que derrière le salaud se cache toujours un homme quand même. Croire le contraire c’est briser la notion d’humanité en deux. C’est devenir ce contre quoi l’on croit combattre.

Repost 0
Published by Gérard Larnac
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 17:27

Je tournoie dans la ville/ comme ces vieux sachets translucides/ des superettes de naguère/ Virant virevoltant/au moindre souffle de l'air/ jamais très haut/ à hauteur d'homme/ Ne sachant jamais me poser très longtemps/ ni pourquoi / poussé un peu plus loin/ toujours un peu plus loin/ pareil à la petite fumée du diable.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Chemin faisant
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 18:44

Le principe selon lequel la prise de décision compte davantage que la décision elle-même, énonçons-le sous "le théorème de la décision indifférente". Toute décision ne sera ni bonne ni mauvaise; seule son existence en soi est absolument nécessaire.

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Chemin faisant In extenso
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 10:03

Le monde est ma représentation - et quelque chose en plus. Beaucoup s'attachent à cette représentation. Pour ma part mon attention tout entière se déporte vers ce "quelque chose en plus".

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 08:22

the silent poet
is just smiling
looking for
the next step
of is unknow
n
freedom

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso Chemin faisant
commenter cet article