Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 15:45

Ce que la pensée du renoncement éclipse (voir article précédent), c'est notamment l'écologie culturelle. Venu des Etats-Unis via le scandinave Arne Naess, ce courant s'inscrit naturellement autour des figures d'Emerson, Thoreau ou John Muir - figures réactivées par l'oeuvre de Jack Kerouac et de Gary Snyder.

 

En France, si Edgar Morin et Michel Serres (notamment dans Le Contrat Naturel) ont tenté de secouer l'apathie anthropocentrique, la percée de la deep ecology n'a pas eu lieu. Les chiens de garde de l'ultra-humanisme néo-libéral ont magistralement bien rempli leur rôle. Ainsi le bon Luc Ferry, avec son calamiteux essai intitulé "Le Nouvel ordre écologique" - certainement l'un des livres les plus bêtes et les plus stérilisant de son époque.

 

C'est ici l'embranchement raté. Le vieil humanisme, hanté par la peur chrétienne du paganisme, a bâti son développement sur le duel nature-culture, et prétendait étendre son contrôle sur la nature à seule fin de justifier son délire d'exploitation du monde et des altérités. Or au XXe siècle la promesse de contrôle s'est transformée en vertige devant le désastre Shoah-Hiroshima.

 

Au lieu d'apprendre de la catastrophe, l'humanisme fit comme si de rien n'était et reprit sa marche là où il l'avait laissée. Abandonnant à l'impensé les leçons de l'Histoire. L'homme put ainsi reprendre sa place, bien au centre ; et poursuivre ses forfaits.

 

Nous sommes quand même quelques uns, de ce côté-ci de l'Atlantique, à penser que l'Homme n'est pas la fin dernière de la nature ; qu'il n'est tout au plus qu'un bénéficiaire chanceux d'une situation momentanément favorable. Qu'il est temps, grand temps, de sortir de l'autisme pour se remettre à philosopher autrement que comme des porcs. 

 

 

 

Un lien :

 

http://www.wildproject.fr/index.html

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Signes de piste
commenter cet article

commentaires

Aline Tilleul 31/08/2010 21:19



 


Fort intéressant !


A cette question de l'écologie culturelle, s'ajoute celle, plus subversive, de l'écologie érotique qui interroge les rapports hommes/femmes, homme/nature, culture/érotisme et nature/érotisme :


http://alinetilleul.over-blog.com/article-34805561.html