Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:11

 

 

"Libye : Making of d'une guerre" : tel est le sous-titre du dossier de presse du dernier nanar signé BHL, "Le Serment de Tobrouk", présenté dans un recoin du récent Festival de Cannes devant des critiques médusées par tant de cuistrerie - mais soutenu, bien sûr unanimement, par tous les Joffrin-Trissotin des médias de confort.

 

BHL ne fait jamais la guerre, comme son modèle Malraux. Mais à défaut du courage qu'il faut pour s'engager, le fortuné pommadin médiatique "fabrique" la guerre. Et la vend à imbécile similaire, le nano-président d'alors, Nicolas Sarkozy, qui compte rattraper les loupés des révolutions arabes qu'il n'a pas vu venir - pire, dont il a soutenu les dictateurs en place jusqu'au bout avec une stupéfiante candeur (Temps suspendu où une Alliot-Marie se disait même prête à envoyer nos instructeurs français pour aider la police de Ben Ali).

 

BHL a donc "fait" la guerre sans la faire. Ce qui a le mérite de laisser impeccable le broching, de ne pas tâcher les chemises blanches. A la posture usurpée d'intellectuel (quelle bibliographie sérieuse, sur quelque sujet que notre dandy germanopratin ait jamais tenté d'aborder, fait mention de ses livres ?), voici la pose héroïque du "faiseur" de guerre. Jamais il n'avait été à pareille fête, notre BHL.

 

Il ose tout, BHL, c'est même, à ça qu'on le reconnaît. Mais sa trace dérisoire dans l'Histoire ne passera pas le temps médiatique. Le cas BHL est toujours plus ridicule et plus sérieux qu'on le pense. Sous titre de son blog : "L'art de la philosophie ne vaut que s'il est un art de la guerre". Tiens tiens. Nous y voilà. Et contre qui ? Lisons la suite : "Philosopher pour nuire à ceux qui m'empêchent d'écrire et de philosopher". Penser pour nuire. Penser contre. Réduire au silence les opposants. Aux égomaniaques les mains pleines la patrie (couchée) reconnaissante...

 

Et depuis toujours cette haine de tout débordement, de tout désordre. Epuiser le réel, cet importun ; nier le principe de réalité, lui susbtituer le spectacle. "Making of d'une guerre" : en tant qu'auteur, non d'un film mais d'un conflit (avec ses balles réelles, ses cadavres réels, ses conséquences géopolitiques réelles). De la guerre comme une oeuvre. De l'horreur vraie comme fiction. Une fois encore soumettre le réel au signe ; car qui contrôle le signe contrôle aussi le réel. Et jouit d'une puissance infinie que personne ne peut plus lui contester.

 

L'empire des signes jette un voile commode sur la complexité, les paradoxes, les effets pervers d'une réalité. Trop de diversité, d'aspérités, trop d'interactions imprévues ? Alors on réduit tout cela à la vision BHL ; tout devient simple, en ordre. Lisse. Médiatique. Sarkozien.

 

Mais dans cette simplicité-là ce n'est pas seulement l'imbécile solipsisme qui ronronne, c'est le totalitaire.  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Chemin faisant
commenter cet article

commentaires

Gérard 05/06/2012 14:19


Excuse : sarkozien est de trop. Lire juste : ce pitre.

Gérard 05/06/2012 14:12


Cher Georges, êtes-vous de ceux qui veulent démontrer que parce que leur interlocuteur a raison, il a forcément tort ? Je ne vous ferai pas l'injure de le penser. Mais oui Deleuze Badiou, c'est
quand même autre chose... Pour moi BHL est une question réglée depuis 30 ans. Je ne veux donc pas y accorder plus que ne le mérite ce pitre sarkozien.

Georges 05/06/2012 12:07


 


L’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre...


Philosopher contre Hegel et les néo­hégéliens. Philosopher contre l'inter­prétation pré-Bataille, et pré-Collège de sociologie,
de la politique de Nietzsche. Philosopher contre le néo-platonisme et son démon de l'absolu. Philosopher contre Bergson et son avatar, justement, deleuzien. Philosopher contre la volonté de
pureté, ou de guérir, dont j'ai démontré ailleurs qu'elle est la vraie matrice de ce qu'on a appelé, trop vite, les totalitarismes et qu'une guerre conceptuelle bien menée permet de mieux nommer.
Philosopher pour nuire à ceux qui m'empêchent d'écrire et de philosopher. Philosopher pour empêcher, un peu, les imbéciles et les salauds de pavoiser. Philosopher contre Badiou. Philosopher
contre la gidouille Zizek. Philosopher contre le parti du sommeil, des clowns ou des radicalités meurtrières. Pardon, mais c'est la vérité. Chaque fois que j'ai, depuis trente ans, fait un peu de
philosophie c'est ainsi que j'ai opéré : dans une conjoncture donnée, compte tenu d'un problème ou d'une situation déterminés, identifier un ennemi et, l'ayant identifié, soit le tenir en
respect, soit, parfois, le réduire ou le faire reculer. Guerre de guérilla, encore. Harcèlement. Et à la guerre comme à la guerre.

La totalité du sous titre, dont vous ne retenez qu"une phrase...
Vos "meilleures lectures", c'est quoi? Badiou? Chomsky?Lenine?Mao?

Gérard 05/06/2012 11:40


http://www.bernard-henri-levy.com/


"La Philo etc..." est le sous-titre...


Des lunettes pour l'ami Georges, à qui l'on souhaite aussi de meilleures lectures, celles qui rendent l'esprit apte aux nuances.


 

Georges 04/06/2012 12:17


Je ne vois pas sur son blog la suite comme vous la réduisez vicieusement de "l'art de la philosophie ne vaut que s'il est un art de la guerre": lisez mieux, c'est intéressant!
http://www.bernard-henri-levy.com/category/actu

Personnellement, je suis et resterai un lecteur de BHL, tous les interdits haineux (surtout ceux venant de l'extrême gauche depuis 68 )ne m'ayant jamais empêché de lire ce dont j'avais envie.
D'ailleurs, avez-vous, vous et vos commentateurs, seulement lu un seul de ses livres?