Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 11:07

 

 

 

Tenir les deux extrêmes : la recherche obstinée d'un chemin vers une vérité possible, une clarté, aussi vacillante soit-elle (donc l'essai), et l'art littéraire le moins soumis, le moins vassalisé à l'empire du sens, de la signification comme spectre phantasmatique, comme fausse maîtrise et vrai outil de domination (donc la poésie).

 

Le roman ? Aucun intérêt. La conception que nous en avons est désormais trop étroite et ses usages trop frelatés. Il n'a plus de jus, le roman, il n'est plus le théâtre d'aucune lutte, d'aucun enjeu, d'aucune innovation sérieuse. Que l'on se débarasse de l'encombrant cadavre.

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Traduire le vent
commenter cet article

commentaires

litteratus 14/02/2013 12:37


Si le roman est un peu moribond, il n'est pas totalement mort !