Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 15:55

"L'homme a peur du Temps, mais le Temps a peur des pyramides" dit un proverbe égyptien. Comment diversité terrestre mieux célestement assemblée qu'en cette apogée. Comment plus de grandiloquence avec moyen ausssi rudimentaire, la ligne droite. Le Caire, plateau de Gizeh. Parole solaire, parole du vide - Dieu Amon du désert. Tout  cet aplomb misérable de touriste que nous devons à des hasards géographiques et qui si bien nous empoigne d'arrogance, il cède. Nerval ici acheta une esclave pour lui offrir sa liberté.

Ruelles aux ombres cuivrés des souks, contemplant la royauté des "petites gens" qui n'ont de compte à rendre qu'à eux-mêmes. L'Egypte me reste "comme une felouque en dérive autour des ombres du matin" (E.Glissant). La flèche bleu turquoise d'un oiseau sacré du Nil accompagne ce lent basculement de vie, déjà, dans le souvenir.

Sur le toit en terrasse, buvant un vin parfumé portant le nom d'Omar Khayyâm, ciel de poussière comme si mon propre regard avait été abîmé, empêché, le rond point où se rencontrent les avenues, on klaxonne on s'arrête on repart, des flots de véhicules encombrés de piétons, femmes sous le voile, enfants au milieu de cette Place de l'Etoile du Levant, chaos des charettes des ânes un chamelier à contre sens et de l'autre côté du carrefour, là où commence le vaste désert occidental, la pyramide de Kheops et celle de Khephren attendent que le couchant ne les renverse brutalement dans la nuit noire. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Chemin faisant
commenter cet article

commentaires