Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 08:49

oh ça ne pèse pas lourd un homme face à l'Ubu plastronant, si sûr de ses polices et réglements, si sûr de sa propre importance et de son propre destin, "on ne fait pas le poids" disent-ils ceux que l'on abuse au nom de la "démocratie", que l'on méprise au nom de l'équité, ceux dont on baffoue les droits faute de les reconnaître, ceux que l'on abandonne, qu'on raye des statistiques, "on ne fait pas le poids" mais ils sont si nombreux, des millions de fois rien ce n'est pas égal à rien mais on voudrait le leur faire croire, c'est écrit dans les journaux mais personne n'est dupe, alors on sort ses gardes mobiles, la "démocratie" n'avance qu'ainsi, casquée derrière des boucliers, avec ses rues barrées, ses espaces interdits, le "pouvoir" n'aime pas la parole lorsqu'elle déborde, mais essayez donc de mettre tout ceux qui ne font pas le poids sur la même balance, ils pèseront bien plus que toutes vos armées que toutes vos polices. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Chemin faisant
commenter cet article

commentaires

salamone 03/02/2009 14:57

Je ne fais que passer Gérard

La bulle de l’affront

Ils sont arrivés à la cime des marches pyramidales
Se sont hissé là-haut mais sans atteindre le graal
Des hommes sans âge ni âme à l’abri des regards
Et se croyant immortels ont appauvrir la volonté et l’art

Le ciel avait beau pâlir les gronder à quoi bon !
Les tours d’ivoire attiraient d’habiles nouveaux escrocs
De futurs économistes des financiers aux longs crocs
A l’haleine Madoffienne chasseresse de gros pognon

Stock-options à la pelle pour les élites bonus à gogo
Il fallait déchiffrer les messages des traders des bobos
Dieu la crise fait rage les moralistes changent de camp

Quand finiront-ils de vendre leur âme au diable ?
Ô ne croyez surtout pas que tous soient détestables
Riches et banquiers sans cœur et hors du temps

Même s’ils font pleurer les sages et suicider des gens
Honnêtes qui ont cru à leurs scabreux tempéraments
Où est la bulle la bête visqueuse qui laisse tant de maux ?

Allez ouvrez vos cœurs on vous tendra nos mains nues
Sans détours sans remords et sans la haine qui tue
Banquiers vous avez sans gêne cachés volés nos joyaux


Des rêves plein la tête,
Ô Dieu ! Les clowns, les poètes
Cherchent des lieux divins
Ou des êtres s'aiment enfin.

giuseppe

Gérard 29/01/2009 18:35

Vous avez mille fois raison, Frédérique. A ma connaissance il n'y a que les aborigènes d'Australie qui confient à leurs voisins leur bien le plus sacré afin que chacun ait souci du sort de l'autre. Une leçon !! Il suffirait alors de mettre Thibault au Médef et Parisot à la CGT pour avoir enfin une plus juste démocratie !

frederique perez 29/01/2009 16:05

Certes, mais chacun de ces hommes s'oblige-t-il à d'abord revendiquer les droits de ses voisins ? La divergence d' intérêts fonde la tyrannie, et la solidarité entre humains l'espérance.

Gérard 29/01/2009 09:14

Note de bas de page : On a toujours raison de se révolter. C'est un principe de vie.