Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 11:21

Harmonica : les histoires sérieuses commencent toujours passé minuit, à l’improviste de minuit, lorsque la neige dehors est dure et sale et tassée, sur les trottoirs où seul un blizzard à te percer les os. Alors : un caveau enfumé et au fond ce jeune type étrange, le regard dur comme des poings prêts à cogner, casquette, veste fourrée, là, sur la petite scène, un enfant presque, d’où vient-il, qui se bat comme il peut avec sa propre étrangeté dans un affrontement à la régulière, sincère, guitare barrée du capodastre, harmonica corne de brume, il souffle, limite, sait-il vraiment en jouer ou fait-il juste semblant, longues saccades échevelées, sauvages, plus déchirées que les lambeaux de la misère, visage impavide pourtant, comme s’il savait exactement de quoi il retourne, un noyé sous la glace qui regarde de tous ses yeux, passé la stupeur – quant à la voix elle ne cadre pas du tout avec le personnage, c’est celle d’un vieux trimardeur de Southern Pacific, un de ces gars qu’on voit traîner le long des voies ferrées, incrédules, prêts à tout pour brûler le dur, sac sur l’épaule, tête baissée, guettant le passage des immenses trains de marchandises pour se laisser glisser dans la nuit obscure du continent, un timbre qui vient de plus loin, de beaucoup plus loin que de lui-même, qui remonte sans doute au sans origine. Et tout à coup c’est là, devant vous, dans la brume glissent des fantômes, remuements de présences vagues – elles aussi viennent de loin. Elles sont là. Tu les vois. Il en vient de partout. La nuit est habitée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gérard 22/11/2008 10:51

Merci pour vos réactions. Oui, peut-être un livre bizarre un de ces jours, né ici sur le blog mais écrit pour du print - pour l'instant j'accumule, je laisse monter... et j'écoute Bob, ses silences surtout, ses respirations.

José Le Moigne 22/11/2008 03:03

J'aime énormément ce texte qui me ramène à ma découverte de Dylan en 1965. Je vit toujours sur cet éblouissent.

Sonia 21/11/2008 12:17

c'est extrait d'un de vos livres ou c'est en vue d'une publication ? A vous lire c'est pas qu'on s'y c roirait, on y est; merci...
(Une dylan's freak)

Gérard 19/11/2008 11:24

Notes de bas de page : Pour fêter comme il se doit l'excellente nouvelle actuellement sur le blog de Pierre Assouline (voir lien Rép.des Livres) - la publication de poèmes de jeunesse écrits par Bob Dylan.