Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 14:00

Le poids des visions sur les paupières mi closes, tu marmonnes la chanson, tu envoies le chant par en dessous le micro, jeté comme par dépit, les yeux levés, regard exténué, comme il est lourd de porter tout ça, le public ne comprend pas, tu portes sur tes épaules toute cette attente, cette incompréhension, toi tu cherches un peu de clarté quand la plupart de ceux qui sont là n’aspirent qu’à cette pénombre d’écurie, ils veulent des réponses, des phrases dites dans des langues connues, toi les langues connues t’ennuient, ce que tu cherches est d’une autre consistance, ça passe par la musique mais ce n’est pas la musique, ne m’emmerdez pas avec toute votre poésie, ce n’est pas de la poésie non plus, pas ça exactement, ça ne s’y réduit pas. Ca vient de plus loin, du son, mais ce n’est pas ça non plus, c’est antérieur, c’est antérieur – ça vient d’avant. D’un temps sans langue ni mémoire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires