Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 17:34
Ecrire, c'est faire entendre un certain degré de tendresse naïve afin de semer le désordre dans la civilisation post-humaine. Jeter le trouble.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Signes de piste
commenter cet article

commentaires

salamone giuseppe 21/02/2008 12:36

C'est pour cela qu'il vaut mieux dire "dit ordinaire".
Et pourtant, à bien y réfléchir, s'est souvent que nous ne sommes que des hommes ordinaires.

Gérard 20/02/2008 20:52

Je ne connais pas d'homme ordinaire...!

salamone giuseppe 20/02/2008 15:15

Ecrire, écrire une sensation de tendresse naïve, est-ce un désordre ? Le désordre ne se touve t'il pas là où l'esprit se met à douter. En somme un peu partout où la vie s'exprime comme elle le peut. L'écriture propre à notre civilisation post-humaine n'est pas simplement une science contemporaine d'une quelconque surenchère de l'état présent, mais aujourd'hui avec la facilité des échanges que nous donnent les nouveaux outils de communication, l'écriture est pour un grand nombre d'adeptes... le moyen le plus approprié pour combler le vide qui s'est installé dans nos sociétés entre la parole et l'être humain.
L'écriture comme les expressions du langage doit se mettre au service du plus grand nombre d'individus, les élites en souffriront de plus en plus. Nous sommes arrivés dans l'ère de l'écriture démonstrative,certes tout le monde ne la pratique pas encore, mais c'est une des nouvelles composantes de l'avenir. L'individu n'a plus uniquement besoin de lire ce que les autres écrivent, pour se plonger vers le futur. L'homme moderne ressent aussi un besoin de plus en plus fort de communiquer par l'intérmédiaire de son propre vécu.
Quoi de plus naturel pour l'homme dit ordinaire que d'échanger par le biais de l'écriture, les attentes de ses émois. "La reconnaissance n'appartient à personne!"
Alors qu'au-dessus de sa tête l'individu voit que l'on s'agite, que l'on se montre, que l'on s'admire et l'on se déchire pour que l'autre n'existe pas.

Bonne après-midi