Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 14:05

Le héros vit à la pointe la plus aigue de l’instant. Dans l’acte même qui lui donne sa grandeur. C’est la rage de l’instant contre le temps qui le confond finalement dans la durée. Un héros, il est soit dans l’instant de son exploit, soit mort et éternisé dans son acte, reposant dans son acte. La vie n’existe pas. Un héros est en dehors de la vie. Chez le héros l’instant rencontre l’éternité. Le héros ne doit qu’à cette rage de ne pas être dans la vie. Il est source de lui-même. C'est ce qui le rend plus grand que tous les autres hommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans In extenso
commenter cet article

commentaires

Un écrivain qui écrit 18/02/2008 13:00

Sébastien Cauchois vous livre son enfance après des années de maltraitance. Il vous livre son vécu poignant, se libère, s'exprime et vous emporte dans un monde hors du commun, proche de la barbarie. Il vous y dévoile ses plus grands secrets. A vous, simplement d'accepter le pacte de départ pour entrer dans une vie aux périples multiples. Peut être arriverez-vous à vous reconnaître dans cette oeuvre?
Venez découvrir son oeuvre sur thebookedition.com (A quelques pas de l'enfance)
merci de votre collaboration

salamone giuseppe 15/02/2008 08:34

Commentaire N°9:
Lorsque je dis que cela doit nous blesser ce n'est pas bien sur d'en parler, (de dénoncer les injustices et les atrocités!) mais que cela existe. Que nous les humains soyons capable de pousser nos instincts jusqu'à la plus abominable des barbaries.

salamone giuseppe 13/02/2008 19:42

En Inde, en Chine ou dans tout autre lieu de la terre
qui n'ont pas été bercé par la culture biblique, rien, non rien, ne peut laisser entendre que l'homme là-bas soit différent de nous. Même quête et même inspiration. Et si l'inversion, le sens du mot et du langage s'en trouve être plus agréable, moins affirmatif... "Dieu est amour ou L'Amour c'est Dieu, l'un ne se heurte pas à l'autre mais s'identifie".
Ghandi a lutté tout au long de sa vie pour la non violence, pour la paix du corps et de l'esprit. Pour lui Dieu était la non violence et je pense qu'il avait raison.
Mais a t'il su retenir sa propre violence? Et pourtant lui il fut violenté, simplement parce qu'il était plus bon que mauvais.
Pour tout vous dire, si Dieu n'est rien d'autre qu'une invention de plus pour les hommes. Voilà qu'on lui donne vie rien qu'en le citant.

Gérard 13/02/2008 14:19

ça me fait penser : en Inde, on ne dit pas Dieu est Amour mais : l'Amour c'est Dieu. Voilà qui me paraît de nature à remettre les choses à l'endroit. Savoir commencer par le grand immédiat.

Gérard 13/02/2008 13:50

Le transcendant, nous l'empruntons juste pour masquer notre responsabilité, qui serait d'agir ici maintenant et ensemble. Pour désinvestir la Terre. Pour désinvestir la relation à l'autre. Pour pouvoir dire : ça viendra.