Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 21:45

DSC01778.JPGAccroché au mur de l'Est de ma chambre, ce poème chinois du 8ème siècle signé Tsen Shen. 20 ans que je le lis tous les soirs, lorsque je suis dans le coin. Voici ce qu'il dit : 

Inscrit dans ma maison sur les hauteurs de la ville de Lieng Huang

j'habite à l'endroit le plus haut
mille maisons en permanence sous le regard
d'écrire des poèmes et de boire du vin j'ai maintenant terminé
face à de nombreux pics seul je m'endors

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Carnet d'esquisses
commenter cet article

commentaires

Gérard 01/12/2007 10:35

La Chine du 8e n'est pas zen et ne compose pas de haïku !! Il y a une énergie directe dans l'art japonais du haiku que devraient méditer bon nombre d'écrivaillons franchouillards ! Mais je suis d'accord, la mode du haiku l'a rendu agaçant. Revenons au pourquoi Jack Kerouac s'y est intéressé. Mais je t'assure, Orlando ; guetter le sommeil avec en tête une pensée chinoise du 8e, c'est devenir contemporain de pas mal de choses ! Amitiés

orlando de rudder 30/11/2007 16:38

Voir charabia.net, puis haikutron... Oeuvre de mon ex-femme et de notre fille.

Gérard 30/11/2007 11:49

J'aime en fait cette souveraine indépendance d'esprit qui confine au détachement, mais un détachement plein de sollicitude. J'aime cette concentration qui en résulte. Cette indulgence. Ce vide qui flotte entre ce vieux poète et le monde - qui flotte comme l'antique sourire bouddhique.

salamone giuseppe 30/11/2007 11:27

L'élan de la solitude, le vin accompagne le mutisme et le plaisir du sens gustatif. La tête tourne tandis que les pics parfois se déplacent.
"L'essentiel de la vie est d'être heureux".