Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 10:47

Quand la parole est nouvelle le regard est nouveau. Si l'on changeait seulement d'un iota les énoncés pourris de certitude qui vagissent dans leur tête, on changerait tout de leur vie, aux fourbus. On les désengoncerait de la routine. On changerait la vie. Il suffirait d'un rien. Dire les choses autrement. Les envisager sous un autre angle. Faire visage avec elles toutes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article

commentaires

Gérard 16/10/2007 12:59

Un voyage jamais ne changera un esprit immobile.

bardabu 16/10/2007 09:33

La parole est aussi une distance. Ce qui se passe entre les mots et l'intérieur de l'être est un pas supplémentaire. Il faut d'abord se laisser aller aux mots, comme une pensée à soi, pour être véritablement changé. Et encore, perdre son identité un instant, c'est comme voyager à l'autre bout du monde. Quand on revient, on se retrouve comme avant, d'aventurier, on redevient l'enfant de ses parents, en un clin d'oeil.

salamone giuseppe 03/10/2007 16:17

Il se tenait sur le seuil de la porte, assis à même le sol.
Une chaleur suffocante lui engourdissait un peu plus que d'habitude la langue, et tous ses membres.

Le silence l'étouffait et sous le soleil radieux de l'été, il ingurgitait sans cesse sa salive tout en imitant la carpe.

Pas un mot, pas un gémisement, pas une syllabe ne pouvait sortir de sa bouche et autour de lui se tenaient l'ombre et la pénombre

Silence d'or sous un soleil de plomb...silence imposé, voulu, soutenu, approuvé.

Les passants n'osaient même pas le dévisager, son silence les effrayait. Et, à les entendre parler il l'aurait presque pris pour une bête.

Le monde tout entier se tenait prêt à l'entendre, mais lui se tenait là, apeuré sous le poids des mots.

L'univers lui semblait austère et sombre, pas de vie, pas d'espoir, pas d'avenir...il rêvait d'un monde meilleur, d'un monde libre.

Liberté, liberté lui suggérait sa tête...Mais lui contraint et avili se laissait mourir dans sa prison.

PETITE MOMIE 02/10/2007 13:39

C'est vrai qu'il suffit quelque fois d'un mot, un seul, pour changer une existence tout entière.

Parfois il a fallu d'une simple phrase pour que des destinées scéllées à l'avance se bouleversent.

Les mots ont réellement leur poids.

Amicalement!

PM!