Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 23:03
arbres.JPG

J’ai élu domicile dans une ville qui est si peu une ville. Banlieusard de hasard. Ce genre de ville, on n’imagine même pas que des gens en soient originaires ; ni qu’on puisse y être enterré. A mi-chemin entre les deux pôles où se distribue l’essentiel de mon temps ordinaire, Paris au nord, Orsay au sud. Si peu un territoire. Une commodité, tout au plus. Avec il est vrai cet avantage que c’est une des rares villes de France qui jouxte Bénarès. Via Orly. Cette pensée me plaît. Me la rend plus sympathique, cette ville. Aussi, tiens, je l'adopte quand même. 

Après tout j’aime ce dehors qui s’inscrit quotidiennement à ma fenêtre. Je me suis installé ici après la grande tempête de l’hiver 1999 ; catastrophe qui m’a rendu plus proches, plus nécessaires les arbres. J'y pense chaque jour comme à de vieux amis, quand il y a tant de vieux amis à qui je ne pense plus. Ne manque jamais de les saluer, les arbres, même de loin. Qu'on vienne à en abattre, comme il semble que ce soit la mode, et c'est un être cher qu'on m'enlève. Présences toujours émerveillantes. Bienveillance naturelle des arbres.  Ici leur ramure abritent des pies bleues nuit, des tourterelles blanches. Des corbeaux noirs venus du cimetière voisin. Mais des perruches aussi, une bonne douzaine au moins, qui d’hiver en hiver résistent plutôt bien depuis qu’elles ont quitté leur cage et que chauffe la planète. Vert clin d’œil des tropiques, comme une blague surréaliste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Chemin faisant
commenter cet article

commentaires