Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 09:02

On est toujours piégé par les mots que l'on prononce, par la figure qu'ils précisent, la fausse cohérence qu'ils finissent par induire. C'est pourquoi la poésie. Tintamarre à mots couverts, désamorcés, réamorcés vers d'autres réalités, sortis de l'enfer de l'ego. A ce titre - et Foucault l'avait vu - l'injonction de dire que représente la psychanalyse apparaît comme un pur rituel de soumission à l'autorité et aux conformités que celle-ci impose. Quoi ? L'aveu inquisitorial deviendrait thérapie ? La poésie seule délivre de toute cette pathologie verbale. Pas de liberté sans un logos sauvage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac - dans Traduire le vent
commenter cet article

commentaires