Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 12:32

Hier, tandis qu’il poursuivait son voyage officiel en Amérique du sud, François Hollande lâchait le morceau : « Nous allons vers un nouveau modèle social ». Stupéfaction des journalistes-accompagnateurs : mais que diable le président a-t-il bien voulu dire ?

A l’opposé du monde ouvert que pouvait laisser présager l’arrivée d’internet et les facilités de déplacements internationaux, c’est un monde totalement clivé qui est en train d’apparaître sous nos yeux. Le nouveau modèle social, c’est une économie financière outrageusement prospère à côté d’une économie réelle moribonde, où devant l’élite triomphale et décomplexée des spéculateurs le salariat exsangue et sans droit ne sera que l’antichambre à l’inemployabilité, au chômage perpétuel et à la misère.

Un monde où l’homme augmenté tourné vers le futur jamais ne croisera l’homme naturel des temps anciens. Où le droit ne sera pas le même pour tous (selon la direction déjà prise par la déchéance de nationalité). Où l’homme en capacité de profiter de cette nouvelle société sera définitivement séparé de celui qui ne l’est pas. Où la vie sera belle dans les zones vertes hautement sécurisées de la ville-monde et abjecte dans les zones rouges de l’état d’urgence permanent, de l’insécurité et de la violence.

Le nouveau modèle social, cela consiste à dire à une majorité de citoyens qu’on n’a plus besoin d’eux. Qu’on a bien rigolé comme ça, mais que maintenant ça suffit. Que la pause démocratique et vaguement partageuse est désormais terminée. Le nouveau modèle social, c’est le monde clivé. L'horreur, c'est maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Larnac
commenter cet article

commentaires